Biomimétisme et économie circulaire au même showroom : qu'est-ce que Biomim'expo 2019 ?

Biomim'expo, le showroom du biomimétisme

La stratégie et le design circulairestudio Circulab étaient présents à Biomim'Expo 2019

La 4ème édition de Biomim'Expo a eu lieu le 22 octobre à la Cité des Sciences et de l'Industrie, célèbre lieu et musée parisien dédié aux sciences et technologies.

Pour cette 4ème saison de Biomim'Expo, Circulab a animé un atelier qui combinait biomimétisme, économie circulaire et régénérative.

Le succès croissant de Biomim'Expo, événement majeur du biomimétisme en France, a été illustré par la fréquentation record observée cette année.
Modérée par Alain Renaudin, Président de NewCorp Conseil et fondateur-organisateur des Ceebios de Biomim'expo, la séance plénière s'est ouverte par une vidéo d'Emmanuelle Wargon attestant du soutien du gouvernement. Par ailleurs, cette édition de Biomim'Expo a été placée sous le haut patronage du Président de la République Emmanuel Macron.

Plusieurs intervenants se sont succédés sur scène, à commencer par Emmanuel Delannoy, expert à Pikaia et auteur de "Permaéconomie". C'est ici l'occasion de revenir sur les fondamentaux du biomimétisme dans un contexte de perte de biodiversité et de réchauffement climatique. Dans un manifeste publié mi-octobre sur le blog Pikaia, E. Delannoy a rappelé l'importance pour les acteurs du biomimétisme de se rassembler autour de cet objectif unique : " mobiliser la connaissance du vivant pour développer des solutions non seulement durables, mais aussi régénératrices et créer les conditions d'un avenir souhaitable ". Lors de cette conférence introductive, il s'est attaché à démontrer combien l'interaction entre les êtres était au cœur de la biodiversité, citant le philosophe François Cheng :

"Ce qui se passe entre les êtres est au moins aussi important que les êtres eux-mêmes"

Une invitation à reconsidérer notre rapport aux vivants qui n'est pas basé sur une relation de domination ou de conquête.

Une première table ronde a ensuite réuni plusieurs experts de start-up ou d'entreprises ayant initié des stratégies bio-inspirées. François Spiero, responsable de la prospective au CNES (Centre National d'Études Spatiales), a présenté les contraintes auxquelles sont confrontés les ingénieurs dans la conception de matériaux résistants et comment le biomimétisme pourrait apporter des réponses. Par exemple, la peau de certains mammifères (résistance aux cycles thermiques) ou les tardigrades (résistance aux radiations) ?

Saviez-vous que " En France, pour 100 litres d'eau consommés par jour, nous n'en buvons qu'un seul, ce qui signifie que 99 % de cette eau est directement gaspillée " ?

Marc Simon, Directeur de l'Innovation de Suez Eau France, a mis en avant les enjeux du groupe pour assurer la gestion circulaire de l'eau et des déchets. "En France, pour 100 litres d'eau consommés par jour, nous n'en buvons qu'un seul, ce qui signifie que 99% de cette eau est directement gaspillée", a-t-il rappelé. Il n'est plus possible aujourd'hui de considérer la nature comme une "mine infinie, prête à tout ingérer". Le biomimétisme est également une source d'inspiration pour Suez, comme en témoignent les investissements du groupe dans NextAlim (start-up spécialisée dans la production de protéines d'insectes), les expériences menées à Bessières en Haute-Garonne (unité de valorisation des déchets) ou dans le cadre du futur BioResourceLab à Narbonne.

Un autre exemple d'innovation majeure est celui de Prophesee, qui a développé de nouveaux capteurs d'images inspirés par le fonctionnement de la rétine et du cerveau humain. Cette technologie de reconnaissance visuelle neuromorphique, comme l'explique Guillaume Butin (Directeur Marketing Communication), est capable de capter uniquement la dynamique d'une scène. En ne renvoyant que les données utiles à traiter, l'algorithme développé par Prophesee permet d'améliorer les performances et la vitesse de traitement tout en consommant moins d'énergie.

Maria Pereira, Chief Innovation Officer de Tissium, a présenté un système innovant de colle biodégradable résistant à la circulation sanguine. Directement inspiré par la sécrétion des escargots et des vers marins, ce biopolymère peut être utilisé pour la reconstruction des tissus lors d'une chirurgie cardiaque.
Cette table ronde s'est terminée par l'intervention d'Aïna Queiroz, Responsable Innovation & Communication Scientifique de Seqens Cosmetics.
En créant une plateforme d'innovation dédiée à la zoopharmacognosie, ce laboratoire s'est concentré sur l'observation du comportement de certaines espèces animales, notamment le gorille, pour identifier les plantes qu'elles utilisaient pour se soigner. Aïna Queiroz a présenté les résultats d'une première étude initiée à partir d'une plante capable de protéger le myocarde du gorille par des mécanismes liés à l'inflammation.

Le programme des ateliers était tout aussi riche avec plusieurs thèmes organisés en 3 cycles dans 4 salles de conférence.

Brieuc Saffré, Justine Laurent et Philippe Garcin, de notre CirculabCommunity, ont animé un atelier consacré à l'économie circulaire. Une trentaine de participants se sont réunis en 6 groupes pour découvrir la "toile circulaire", l'outil de conception de modèle d'entreprise avec l'économie circulaire.

Initiée et développée par Circulab, cette méthodologie innovante propose de repenser le modèle économique d'une entreprise en identifiant tous les leviers de son écosystème (son activité, ses partenaires, ses ressources, ses clients...) afin de transformer une économie linéaire en une économie circulaire. Les participants ont choisi de travailler sur différents exemples en utilisant cet outil, dans des domaines aussi variés qu'un fast food, un service de scooters électriques, une marque de distribution de produits culturels ou un fournisseur de services Internet. En vingt minutes seulement, les premiers Actionsont été identifiés par les participants pour améliorer les coûts et les revenus de l'entreprise tout en réduisant son impact social et environnemental. Une méthode accessible et efficace qui a suscité l'intérêt des participants et leur a permis d'en savoir plus sur Circulab.

Comment la nature peut-elle inspirer l'innovation ?

En plus des conférences et des différents ateliers organisés tout au long de la journée, un salon a permis aux entreprises de présenter leurs dernières innovations inspirées du monde vivant :
. le biomimétisme de la forme avec, par exemple, la production d'énergie renouvelable par l'ondulation d'une membrane imaginée à partir du mouvement de l'anguille (EEL Energy) ou la propulsion des bateaux par un système de nageoire ondulante créée par l'observation des nageoires des poissons (FinX) ;

. biomimétisme de fonction et de structure avec la fabrication de briques à partir d'algues sargasses (Terre d'Algues) ou de scalite, matériau conçu exclusivement à partir d'écailles de poisson (Scale) ;
. biomimétisme écosystémique, enfin, avec le lancement de Biomim' City Lab, collectif créé à l'initiative d'Icade et de Ceebios, appelant à " réinventer la ville pour et par la vie ".

Cette journée du 22 octobre a montré combien le biomimétisme était une source d'inspiration majeure pour repenser nos modèles à différentes échelles et nous nous réjouissons à Circulab de l'intérêt croissant que cet événement peut susciter. La création de deux masters en 2020 à l'Ensci et à l'UPPA, visant à favoriser les passerelles entre les courants de la pensée scientifique, est également un signal encourageant pour le développement du biomimétisme.

La communication, la sensibilisation et la vulgarisation Actionsdoivent donc se poursuivre en France pour susciter encore plus de vocations dans ce domaine.

Nous attendons avec impatience l'édition 2020 de Biomim'Expo !

Organiser un atelier dans mon organisation
quis venenatis, in nunc Lorem eget ante. mi, non id, Phasellus diam