La résilience territoriale est une question de véritables collaborations

- La pensée systémique en action au forum Waves of Change à Biarritz -

*Cet article est rédigé par Nico Occhiminuti, membre de Circulab Community depuis 2020 et cofondateur de Waves of Change depuis 2019***.
Dans cet article, mon objectif est d'illustrer, à l'aide de l'exemple de Waves of Change à Biarritz, comment il est possible d'appliquer certains principes de l'économie circulaire à un territoire local dans le but de renforcer sa résilience.
Waves of Change n'est pas un projet circulaire en soi. Il ne s'agit pas non plus d'une initiative ou d'une pratique commerciale visant spécifiquement à promouvoir l'économie circulaire. En fait, selon moi, il complète simplement les pratiques circulaires à bien des égards.

Au début : un forum pas comme les autres

Waves of Change est un organisme à but non lucratif enregistré. Sa mission est d'aborder l'objectif de développement durable n° 17 (alias "Partenariats pour les objectifs"). Il s'agit peut-être de l'ODD le moins tangible et donc le plus difficile à atteindre et le moins populaire. Néanmoins, il doit être abordé et mes cofondateurs Danielle, Minh, Patrick et moi-même avons décidé de nous y atteler en 2019.
Lancer un événement physique mêlant des sujets environnementaux liés aux océans et à la terre juste au moment où Covid était sur le point de frapper est certainement un moyen de se faire remarquer dans un endroit comme Biarritz, en France.
Partout dans le monde, de nombreux événements professionnels - qu'ils soient liés à l'impact ou orientés vers l'impact - finissent très souvent par ressembler à des salons professionnels traditionnels avec seulement une touche d'impact. En d'autres termes, ils restent des espaces transactionnels, nécessaires pour rassembler les écosystèmes, mais qui se terminent trop souvent de la manière attendue : grandes foules, réunions d'affaires, pistes commerciales, cartes de visite, annonces, communiqués de presse, couverture médiatique, peur de manquer et, en fin de compte... le business comme d'habitude.
Basée à Biarritz et proche des éléments naturels verts et bleus, Waves of Change a toujours cherché à se différencier dès le départ. Ce qui aurait été considéré comme un risque commercial, si nous avions été une entreprise, s'est avéré n'être rien d'autre qu'un véritable manifeste et une "raison d'être" en tant qu'ONG.
Considérant les entreprises comme une force de changement, notre forum annuel a été conçu comme un instrument de "business beyond usual", où les entreprises se réunissent pour collaborer au lieu de se faire concurrence. Elles collaborent avec d'autres entreprises, des startups d'impact, des investisseurs d'impact, mais aussi des ONG, des gouvernements locaux et des organisations scientifiques.
Non seulement cette approche écosystémique a rapidement été considérée comme inhabituelle et audacieuse par les acteurs locaux, qui se sont joints avec curiosité à notre premier événement physique à une époque où tous les événements devenaient virtuels grâce au Covid. Mais elle a aussi été très vite soutenue et encouragée par notre mairie et notre région. Pourquoi ? Je veux croire que ce qu'ils ont soutenu, c'est l'intérêt commun de notre territoire servi par une équipe ambitieuse de bénévoles animés par des valeurs écosystémiques. Oui, les responsables des collectivités locales n'ont pas souvent l'occasion de voir cela.
Vagues de changement

Un réseau invincible de bénévoles

La plupart des investisseurs vous diront qu'ils examinent attentivement l'équipe avant de décider d'investir ou non dans un projet ou une entreprise. De nombreux aspects font la force de l'équipe de Waves of Change : sa diversité intrinsèque, ses valeurs partagées, ses rituels, son histoire commune et bien d'autres choses encore... Mais tout comme le Circulab Community, je crois que sa principale force est qu'elle n'est pas liée par un contrat de travail et un salaire mensuel, mais plutôt par des croyances fondamentales.

Dans notre cas, l'équipe de Waves of Change est animée par un sens inégalé de la supériorité, de l'intérêt commun et de la volonté de le servir. Nous reconnaissons tous que nous faisons partie d'un système naturel, que nous préférons servir plutôt qu'une entité ou un intérêt économique. L'océan et la nature qui nous entourent sont un facteur d'influence et un moteur important dans ce sens.

Je pense que le secteur public et les gouvernements locaux ont perçu cela et l'ont probablement associé à l'alignement des intérêts locaux et territoriaux en plus des arguments de vente plus rationnels et traditionnels. Bien entendu, la passion est également contagieuse à un moment donné et nous pensons que notre rôle consistera de plus en plus à régénérer la passion et la raison d'être au sein des organisations.

Connexion avec d'autres territoires

Notre approche centrée sur l'homme est en fait très proche de la nature en ce sens qu'elle repose sur des relations et des dépendances écosystémiques, que nous avons reconnues dès le départ. De même, notre action ne s'est jamais déroulée en vase clos, mais a plutôt cherché à se ramifier et à développer des connexions supplémentaires avec différents territoires, afin d'apprendre et d'unir nos forces.

C'est ce que notre région, la Région Nouvelle Aquitaine, a particulièrement soutenu, en construisant des ponts pendant et au-delà de nos événements avec des territoires et des municipalités internationaux au fil des ans, tels que Santa Cruz, CA, Salvador de Bahia, Antwerpen, Sausalito, CA, Pondichéry, Tanger, le Sénégal, Singapour et bien d'autres encore.

Ainsi, la ville de Biarritz a signé un protocole d'accord pour collaborer avec la préfecture de Salvador de Bahia sur les questions de résilience côtière et de tourisme durable dans les années à venir. De même, Santa Cruz, CA et Biarritz deviendront des villes jumelées autour de la résilience côtière.

Dans ces connexions internationales, tout le monde est gagnant car chacun peut apprendre des autres pour accélérer sa compréhension des phénomènes mondiaux, s'inspirer de perspectives différentes et de réponses à des défis similaires, etc.

Bien entendu, des opportunités commerciales se présentent. Et il s'agit souvent de nouveaux types d'opportunités inattendues, au-delà des opportunités habituelles, qui s'accompagnent également d'un apprentissage culturel. Je crois que tout ce processus est aussi un investissement à long terme pour mieux habiter notre planète grâce à une connexion lente, par opposition à la connexion rapide fournie par les médias de masse et les médias sociaux.

Protéger ce qui vous maintient en vie
Une collaboration artistique germano-basque entre Nina Rossiter et François Jaubert, que nous avons réalisée lors de notre Forum 2021. La peinture à base d'algues a été fournie par notre startup Algopaint.

Faire de la pensée et de l'action écosystémiques une réalité

Voici deux exemples de la manière dont nous essayons, à notre manière, d'influencer l'action écosystémique :
1) Le Rendez-vous de l'Océan dans la ville de Biarritz

Depuis le début, nous avons toujours pensé que nous devions être fidèles à nos paroles et que nos actions parlaient plus fort que les mots. Et en disant "appliquons ce que nous prêchons", nous avons décidé de collaborer avec d'autres ONG qui organisent également des événements à Biarritz pour promouvoir la préservation des océans, l'éducation à l'environnement, etc. C'est ainsi que nous avons commencé à mutualiser nos ressources et nos efforts avec FestivalLove is Blue un festival de l'océan pour le public basque et bientôt, nous avons initié ensemble le Biarritz Rendez-vous de l'océan de Biarritzune semaine entière consacrée à l'océan et aux écosystèmes côtiers, centrée sur la Journée mondiale de l'océan, le 8 juin de chaque année.

Adopté par la Ville de Biarritz, le Rendez-Vous Océan de Biarritz est désormais une semaine complète d'événements BtoB et BtoC co-organisés avec Waves of Change, Water Family, Surfrider Foundation Europe, Agir à la Source, Océan Sans Frontières, Love is Blue, etc. et encadrés par la Mairie au bénéfice de tous les acteurs et citoyens au sommet de la biosphère.

RDVO
2) The Tideline label, event series and startup challenge.

Avec la tendance actuelle des technologies vertes, des technologies propres et des start-ups spécialisées dans les technologies océaniques qui proposent chaque jour de nouvelles solutions pour résoudre une variété de problèmes environnementaux, nous savions que nous devions les prendre en compte d'une manière plus intelligente que de simplement les "présenter".

De plus, nous avons rapidement réalisé que certains types de startups pouvaient avoir un réel impact en servant une cause, tandis que d'autres utilisaient plutôt la cause pour servir leurs intérêts commerciaux. Désireux d'encourager les premières plutôt que les secondes et conscients de leur vulnérabilité, nous avons décidé, avec la Banque publique d'investissement française Bpifrance , de créer un label qui récompenserait non pas la technologie ou la performance financière comme le font beaucoup d'autres labels, mais un potentiel de collaboration.

En effet, dans une perspective écosystémique, nous pensons que les agents les plus collaboratifs sont ceux qui contribuent le plus et qu'il convient donc de les encourager et de les soutenir. Pour l'investissement community , cela semble également logique car nous avons pu illustrer comment la collaboration favorise la résilience, ce qui, dans le langage des investisseurs, signifie une plus grande capacité à saisir de nouvelles opportunités, à pivoter plus rapidement, à être plus pertinent et à "augmenter" l'impact.

Dans le même esprit, nous avons créé une série d'événements sur l'écosystème Tideline à Paris, ainsi que le Tideline Startup Challenge, où tout le monde gagne en collaborant et en créant de nouvelles opportunités pour tous.

Tideline Startup Challenge

Associer l'innovation à la préservation pour faire évoluer le système vers une véritable transition

À ce stade, j'imagine ce qui peut vous traverser l'esprit : Oui, en effet, moi non plus je ne crois pas à l'innovation pour résoudre les défis environnementaux. Il est convenu que L'innovation responsable et réfléchie ne peut être qu'un élément d'une solution plus globale, où le système actuel hérité a atteint ses limites ainsi que les limites de notre planète.

C'est pourquoi, à Waves of Change, nous préconisons un mélange d'innovation et de préservation. Car on ne peut pas arrêter les vagues (de l'innovation et des macro-tendances externes), mais on peut apprendre à surfer dessus ! À notre niveau, nous veillons donc à ce que l'innovation et la préservation puissent se rencontrer pour unir idéalement leurs forces.

A good example in the making is how we have leveraged our upcoming forum to also bring together local stakeholders and inspiring ones from other territories to boost reflection on setting up a marine protected area or an effective form of collaboration towards preserving a shared marine resource off the Basque Coast.

Un autre exemple est celui d'une "vague" sur laquelle les acteurs de l'innovation et de la préservation s'associent pour mieux prévenir les incendies de forêt sur la base de tous les avantages écosystémiques fournis par les forêts.

De même, notre vague " Changing Finance to Finance Change Wave" est une tentative concrète de création d'un groupe d'intérêt scientifique local visant à mieux évaluer le capital naturel afin de mieux financer sa préservation.

Il est intéressant de noter que celle-ci a été lancée par l'un des lauréats du label Tideline Startup, Arbisanat, une startup qui restaure les écosystèmes naturels dans les zones urbaines grâce à la plantation de microforêts.

Atelier Waves of Change

Penser macro, agir micro

Comme le renforcement de la résilience territoriale consiste essentiellement à jeter des ponts, dans notre cas, nous jetons également un pont entre les perspectives macro et micro. Pourquoi ? Parce qu'une fois de plus, les défis et les solutions se rejoignent : la plupart des défis locaux ont en fait des origines mondiales et, de même, les solutions locales doivent tenir compte de ces macro-tendances tout en méritant une exposition mondiale afin d'être imitées ou transposées ailleurs.
Port de Bayonne
Un groupe de participants nationaux et internationaux à Waves of Change au port de Bayonne, en France, en 2022.

La théorie peut être très claire, mais la mettre en pratique est une autre affaire.

Concrètement, des parties prenantes très différentes s'attaquent généralement aux aspects macro et micro, et la raison pour laquelle elles ne se parlent pas autant est en fait désespérément simple : elles ne parlent souvent pas la même langue.

Pensez à un petit fournisseur qui s'adresse à un grand groupe, à une startup qui s'adresse à une banque multinationale, etc : Quels sont les paramètres, les objectifs, les KPI, la culture, etc. qu'ils ont concrètement en commun ?

Là encore, nous avons constaté dans la pratique que pour pouvoir collaborer, ces parties prenantes ont d'abord besoin de traducteurs. Cela fait également partie de notre rôle au sein de Waves of Change de traduire non seulement de l'anglais au français et vice versa, mais aussi du macro au micro et vice versa, entre la perspective et l'action.

Tout comme nous débrieferons lors de notre prochain forum les négociations sur le plastique du PNUE à Paris, tout en participant à une initiative locale de nettoyage des plages avec d'autres acteurs locaux et notre ville de Biarritz juste avant !

Dans ces lignes, mon objectif a été de jeter un regard rétrospectif sur un projet territorial collectif dont je fais partie à travers les lentilles de la pensée holistique et de l'approche systémique. Ce n'est pas un exercice facile, je dois l'avouer. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à les partager car je ne crois pas à la croissance en solitaire ni à la pensée en silo !

Envie d'en savoir plus sur la résilience des territoires ? Découvrez le serious game développé par Circulab et DiCi Design.

Skip to content